Menu

Présentation du théâtre

Un nouveau théâtre à Paris…

Ouvert le 5 octobre 2017 au 20, rue Marsoulan dans le 12e arrondissement de Paris, le Théâtre Elizabeth Czerczuk (T.E.C) présente pour sa première saison les créations de sa directrice. 

Murs peints en noir, mannequins habillés à la mode gothique, tableaux de grands maîtres polonais… Entièrement rénové et agrandi, l’espace installe d’emblée le visiteur dans une atmosphère singulière. Celle des créations d’Elizabeth Czerczuk, qui traitent de mort et de folie tout en offrant des perspectives de rédemption et d’émancipation. 

Avec ses 900 mètres carrés, ce nouvel écrin offre à Elizabeth Czerczuk et à sa compagnie la possibilité de développer leur rapport avec le spectateur. Cela dans un but cathartique. Dans la perspective d’une quête spirituelle collective. 

Un laboratoire de radicalité artistique

En quoi consiste ce laboratoire ? Une recherche aux antipodes de la superficialité, qui régénère et stimule la pensée, aiguise la sensibilité, muscle l’imagination, éveille l’humain… Une recherche qui, par la provocation assumée, secoue le public et favorise son questionnement existentiel, voire son inquiétude...

Un espace de rencontre et de dialogue

Dès le printemps 2018, Elizabeth Czerczuk invitera chaque mois d’autres artistes dont le travail se développe dans un même esprit, total, radical, immersif. Outre ces artistes seront accueillis des auteurs, philosophes, dramaturges et sociologues qui pensent et pratiquent un art alerte et résistent à la « moutonisation définitive » (Witkiewicz).

Une école : Le L.E.T.

Au Laboratoire d’Expression Théâtrale (L.E.T.), les comédiens sont formés, sur scène, à l’art total : voix, danse, rythme... Une représentation publique a lieu chaque mois à l’issue du stage intensif. Des classes de maîtres sont proposées tout au long de l’année et abordent des thèmes spécifiques de la technique du jeu du comédien. Interviendront également des personnalités extérieures. Programme.

Informations pratiques

Situé près de la place de la Nation (20, rue Marsoulan, 75012 Paris – tél. : 06 12 16 48 39), le théâtre dispose d’une salle modulable de 200 places, de loges, d’un bar où les spectateurs peuvent échanger avec les artistes, d’un jardin arboré et de plusieurs studios pour accueillir des artistes en résidence.

 

22713441 1869375799760290 3364203809608460841 o   24883348 1550597045026408 5054125703654584362 o copie

Elizabeth Czerczuk

Directrice artistique

Metteur en scène, chorégraphe et comédienne

"Si elle est plusieurs, c'est qu'elle se veut gardienne, comme autant de bornes à délimiter le territoire d'un gouffre : celui de l'amour, précisément, lorsque, par malheur, il coïncide exactement à celui de la mort.» Daniel Mesguich

Native de Wroclaw en Pologne, Elizabeth Czerczuk baigne dès sa jeunesse dans l’ambiance théâtrale de deux personnalités de la ville,Jerzy Grotowski et Henryk Tomaszewski, figures majeures de la scène polonaise. Elle entre au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, dès 1984, à Cracovie, la ville de Tadeusz Kantor.

En 1991, bénéficiant d’une bourse du gouvernement français, elle entre au Conservatoire à Paris, pour suivre l’enseignement de Daniel Mesguich, Philippe Adrien et Jean-Pierre Vincent. Elle fréquente aussi l’école du mime Marcel Marceau et se perfectionne à la Comédie-Française, pour les mises en scène raciniennes de Daniel Mesguich, puis avec Karine Saporta, notamment pour sa chorégraphie sur Colette, devenant par la suite la responsable de la production et de la diffusion de sa compagnie, pour la Pologne et le Japon.

Toujours partagée entre la Pologne et la France, elle cherche, par le biais de ses multiples activités théâtrales, à cultiver ses racines, et à rapprocher ses deux cultures française et polonaise. Son objectif est d’allier le perfectionnement de la technique à la française avec le cœur et l’émotion inhérents à la dramaturgie polonaise.

Actrice et danseuse

En Pologne, elle débute comme actrice, sous la direction de nombreux metteurs en scène de premier plan : Jerzy Sthur, Waldemar Smigasiewicz, Jerzy Grotowski…

Hors de son pays natal, elle joue le rôle de Serafombix dans The sale of the demonic woman, pièce inspirée de Witkiewicz, sous la direction de Zofia Kalinska, collaboratrice de Tadeusz Kantor, au Théâtre Grand Meeting Company, en Angleterre ; celui d’Edwige dans Le Canard sauvage d’Ibsen, chorégraphié par Karine Saporta et présenté dans des festivals en Scandinavie, puis au Théâtre de la Ville, à Paris) ; par ailleurs, celui de Salomé, d’après Oscar Wilde, avec Daniel Mesguich comme conseiller à la mise en scène, dans le cadre des festivals internationaux de Leipzig, Saint-Pétersbourg, Almada-Lisbonne, Dresde, ainsi qu’Avignon à plusieurs reprises.

Metteur en scène

Elizabeth Czerczuk crée sa propre compagnie en 1992 et, depuis, réalise ses propres spectacles, souvent dictés par la voix des grands auteurs polonais, et crée des spectacles aux messages vivants, comme Le Cri d’Ophélie, basé sur l’Étude sur Hamlet de Wyspianski,ou Matka, d’après Witkiewicz.

Elle rend aussi hommage à de grands compatriotes, comme, en 1998, Adam Mickiewicz, pour le bicentenaire de sa naissance,dont elle monte, pour la première fois en France, Les Aïeux (parties II et III), sous l’égide du Collège de France, où il fut professeur ; ou, en 2015, Tadeusz Kantor, pour le centenaire de sa naissance, avec Le Banc de l'école. La même année, 250e anniversaire de la création du Théâtre public en Pologne, elle met en scène Le Cri d'Yvonne, inspiré d’Yvonne, princesse de Bourgogne de Gombrowicz – sélectionné pour le festival 12 x 12, à Paris, et joué au Théâtre de l’Aquarium, à la Cartoucherie de Vincennes.

La metteur en scène est accueillie en France et dans toute l’Europe, sur des scènes nationales et dans des festivals internationaux, et rencontre toujours un accueil très favorable de la part de la presse et du public, notamment au Festival d’Avignon.

Elizabeth Czerczuk propose aussi des lectures, des mises en scène et des adaptations d’œuvres de dramaturges européens contemporains qui contribuent au renouvellement de la scène théâtrale, comme Samuel Beckett, Jean Genet et Jon Fosse, dont Le Rêve d’automne donne lieu au spectacle chorégraphié L’Adieu à l’automne.

Directrice de théâtre et chef de projets européens

En 2002, après la mort du grand maître de la pantomime H. Tomaszewski, elle est nommée à la tête de son théâtre, dont elle dirige l’équipe administrative tout en perpétuant, avec un souffle nouveau, la ligne artistique de son créateur.

En 2010-2012, elle crée et dirige, avec le soutien de la Commission européenne, dans le cadre du programme « Culture 2007-2013 », le projet artistique Homme@Home, l’Homme face aux éléments : cinq « pièces chorégraphiées », avec des artistes provenant de quatre pays, notamment, pour la France,Carolyn Carlson et Karine Saporta, sur le thème des périls écologiques actuels. Une des cinq pièces, « Carnaval », est mise en scène par Elizabeth Czerczuk au Théâtre Nowy à Lodz, en Pologne. Ces spectacles sont accompagnés d’expositions et d’ateliers pratiques.

En janvier 2016, elle entame un «work in progress»  au sein de la Société de Curiosités en cinq étapes de travail présentées fin janvier, et poursuivi à intervalles réguliers durant six mois. À travers cette expérience, Elizabeth Czerczuk est allée à la rencontre de son public, en lui donnant rendez-vous, l’invitant sur scène, le bousculant, et surtout en écoutant ses impressions, pour en ressortir enrichie d’inspirations, d’objectifs, de complicités artistiques et d’amitiés.
En 2016, elle re nottament une distinction culturelle à l’ambassade polonaise pour récompenser l’ensemble de ses créations artistiques.

En ce qui concerne son théâtre, elle prend possession en 2013 d’un lieu qu’en hommage à son maître Grotowski elle appelle Théâtre Laboratoire Elizabeth Czerczuk. Ce lieu lui permet enfin d’entreprendre une démarche personnelle, pluridisciplinaire, en faisant coexister toutes les formes d’expression artistique : théâtre, danse, musique, effets picturaux.
Ce théâtre sera entièrement transformé en 2017, la superficie presque doublée,  proposant désormais un grand hall d’entrée, un jardin lumineux, un bar, un loft et des chambres ainsi qu’une salle capable d’accueillir 205 places et entièrement équipée des nouvelles technologies de son et lumières.

6R0A9698 

Elaborer une nouvelle forme métaphysique

1

La démarche artistique d’Elizabeth Czerczuk est d’élaborer une nouvelle forme de théâtre qui correspond à l’élargissement de la pensée devenue la priorité vitale de notre temps. Cette nouvelle forme passe par la recherche viscérale des émotions et exige un investissement total : vocal, gestuel, chorégraphique et émotionnel. L’hybridation artistique est le signe d’une nouvelle ère où les échanges sont facilités et tous les croisements sont possibles. Le Théâtre d'Elizabeth Czerczuk n'est pas une poésie du langage mais une poésie de l'espace et du mouvement. Elle cherche une sorte d'expression corporelle indépendante du "sens du mot" qui puisse devenir métaphore. La scène de son théâtre "méta-physique" est un lieu où chaque soir se passe quelque chose d'unique d'une manière spirituelle et corporelle, aussi bien chez le comédien que chez le spectateur. L'acte théâtral devient un acte purificateur.

Rompre avec le dualisme scène-public

2

Le Théâtre Elizabeth Czerczuk est un lieu d'échange avec le public. D'une manière déterminée, la mise en scène entraîne le spectateur hors de son positionnement d'observateur. La scène et la salle fusionnent en un seul espace où le spectacle englobe le public. L'objectif du travail est de trouver le moyen de regagner chaque spectateur d'une manière individuelle. Il est entouré par des actions simultanées qui vibrent dans l'atmosphère musicale et le jeu de lumière. L'objectif n'est pas de transmettre le message mais de trouver les liens perdus entre le public et les acteurs, le temps de partage, de communion. Ainsi chacun peut créer son propre spectacle, celui de ses désirs. Elizabeth Czerczuk va vers le chemin d'un théâtre de danger, passionnel, convulsif donc cathartique. Chaque représentation est un acte qui ne laisse pas le public sortir indemne.

Former de nouveaux comédiens

3

Le Laboratoire d’Expression Théâtrale est une école où les comédiens apprennent exclusivement sur scène et sont formés à l’art total : voix, danse, rythme. Une représentation publique a lieu chaque mois à l’issue du stage intensif. Des master classes, dirigées par des intervenants de renom, sont proposées tout au long de l’année et abordent des thèmes spécifiques à la technique du jeu du comédien.

Promouvoir la culture polonaise et européenne

4

Le Théâtre Elizabeth Czerczuk a pour mission de faire découvrir au public français un théâtre d’influences polonaises. Il met en scène les oeuvres des grands auteurs comme St.I.Witkiewicz, W.Gombrowicz, St.Mrozek et honore les artistes comme J. Grotowski, T.Kantor, H. Tomaszewski. En collaboration avec l’Institut Polonais de Paris, le Théâtre Laboratoire Elizabeth Czerczuk propose des lectures d’oeuvres de dramaturges polonais contemporains M. Walczak et M. Zdunik qui contribuent au renouvellement de la scène théâtrale, notamment par leur modernité thématique évoquant des thèmes actuels mêlant humour grinçant et sens de l’absurde. Le Théâtre Elizabeth Czerczuk, fort de sa mission de promotion de la culture polonaise organise aussi des rencontres, des débats, des expositions et des projections de films de réalisateurs polonais émergents pour donner à découvrir la richesse culturelle de la Pologne.

L'équipe du théâtre

Direction générale et artistique

Elizabeth Czerczuk - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comptabilité / Administration

Altec Paris - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Régisseur général

Tsirésy Begana - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Régisseur lumière : Lucas Crouxinoux

Chargé de production

- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chargé de communication

Florian Madisclaire - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Attachée de presse

Zef Relations presse - Isabelle Muraour - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Réalisateur vidéo : Yann de Gaetano

Graphiste : Michal Batory

 

La radicalité artistique hier et aujourd’hui - 1ère édition

- Vendredi 21 et samedi 22 avril 2017 -

Deux jours d’événements culturels dans le cadre du Laboratoire de radicalité artistique d’Elizabeth Czerczuk

Le Théâtre Elizabeth Czerczuk crée un nouveau lieu dans l’objectif de réunir des artistes, philosophes, dramaturges, journalistes, qui pensent et pratiquent un art alerte : le « Laboratoire de Radicalité Artistique ». Ce lieu propose des événements, des rencontres, des conférences, des masterclass consacrés chaque mois à une personnalité marquante de l’art total, sans concession. La première édition a été consacrée à Tadeusz Kantor et à l’ouverture du « Théâtre Elizabeth Czerczuk », un lieu innovant à Paris. 

 

Tadeusz Kantor, metteur en scène de La Classe Morte, Kraków, 1988, photo: Włodzimierz Wasyluk

 

 

 

Tadeusz KANTOR, théoricien de l’art, peintre, poète, scénographe, acteur, réalisateur de happenings, un des metteurs en scène les plus importants du XXème siècle. C’est un des personnages incontournables de la vie occidentale de notre époque. Son attitude artistique s’inspire du dadaïsme et du surréalisme, tout en rappelant le Théâtre de la Cruauté d’Artaud. Le plus grand triomphe de T. Kantor vient avec la première de La Classe morte (1975).

 

Collaboratrice de T. Kantor pendant 15 ans, Zofia Kalinska a notamment joué dans l’une de ses pièces, La Classe morte, en 1975. Aujourd’hui elle est une figure incontournable du Théâtre Cricot 2, et directrice du Théâtre Acné depuis 20 ans. Zofia Kalinska défend un théâtre qui explore les archétypes feminins.

 

- Vendredi 21 avril 2017 -

10H - 11H30 - Conférence de presse

Elizabeth CZERCZUK, directrice du théâtre, et ses artistes présenteront le projet « Laboratoire de Radicalité Artistique », les perspectives ouvertes par un nouveau lieu culturel à Paris et les événements programmés les 21 et 22 avril.

11H30 - 13H30 - Master Class

Playing with the character (jouer avec le personnage) : approche théorique (en anglais, avec traduction en français)

Master Class animée par Zofia KALINSKA, comédienne de Tadeusz KANTOR, metteur en scène.

 Tarif : 90 €

15H - 16H - Rencontre avec Zofia KALINSKA

Tadeusz KANTOR et son théâtre (en anglais avec traduction en français)

Collaboratrice de T. KANTOR durant quinze ans, Zofia KALINSKA a notamment joué dans l’une de ses pièces, La Classe morte, en 1975. Aujourd’hui, elle est une figure majeure du Théâtre Cricot 2, et directrice du Théâtre Acné depuis vingt ans.

16H15 - 17H - Conférence de Maja SARACZYNSKA

Le théâtre autobiographique de Tadeusz KANTOR et son influence sur l'art scénique contemporain

Maja SARACZYNSKA est comédienne, metteur en scène, enseignante en arts du spectacle. En 2012, elle a soutenu une thèse de doctorat portant sur le théâtre autobiographique européen dans la seconde moitié du XXe siècle.

 17H15 - 18H15 - Projections

Projection d’extraits du film La Classe morte, réalisé par Andrzej WAJDA, 1977 et des entretiens filmés avec Tadeusz KANTOR.

20H - Suis-je Médée ?

Représentation de Zofia KALINSKA (représentation en anglais)

Textes : Oscar WILDE, Ronald DUNCAN, Zofia KALINSKA

Mise en scène et interprétation : Zofia KALINSKA

Mélodrame basé sur une confession personnelle de comédienne. Sa vie intime rappelle celle des personnages célèbres de la littérature tels Médée, Salomé ou Héloïse.

Réservation (places limitées) : 01 84 83 08 80 / 06 12 16 48 39 ; Tarif plein : 18 € ; Tarif étudiant : 12€

 

 - Samedi 22 avril 2017 -

10H - 13H - Master Class 

Playing with the character (jouer avec le personnage) : approche théorique (en anglais, avec traduction en français)

Master Class animée par Zofia KALINSKA, comédienne de Tadeusz KANTOR, metteur en scène.

Tarif : 90 €

17H - 17H45 - Table ronde 1ère partie

 Quelle place pour la radicalité artistique dans un nouveau lieu culturel à Paris ?

 Avec Michel Krzyżaniak (chargé de mission vie associative, univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne), Yvan Gradis (écrivain, comédien de la Compagnie Elizabeth Czerczuk), Zofia Kalinska (comédienne, metteur en scène), Elizabeth Czerczuk (directrice du théâtre, fondatrice du Laboratoire de Radicalité Artistique), Maja Saraczynska (comédienne, metteur en scène et enseignante en art du spectacle), Marie-Claire Calmus (journaliste, poète), Sergio Gruz (compositeur).

17H45 - 18H - Pause café

18H - 18H45 - Table ronde 2ère partie

Quelle place pour la radicalité artistique dans un nouveau lieu culturel à Paris ? Focus sur le Théâtre Elizabeth Czerczuk

20H30 - 21H00 - Requiem pour les artistes

Présentation de la première étape de la prochaine création d’Elizabeth CZERCZUK 

Ce nouveau spectacle en hommage aux maîtres spirituels d’Elizabeth Czerczuk (T. Kantor, J. Grotowski, H. Tomaszewski, A. Artaud…) invite à une valse intemporelle où la vie et la mort sont étroitement imbriquées. Pour cette première étape de travail, sous le rythme des violons et violoncelles qui accompagnent les artistes, le spectateur est transporté dans l’univers troublant de Tadeusz Kantor. Échanges avec le public autour d'un cocktail.

LA RADICALITÉ ARTISTIQUE HIER ET AUJOURD’HUI - 2ÈME ÉDITION : Jerzy Grotowski, le théâtre et au-delà

 jerzy grotowski forum 121

Jerzy Grotowski, 1997, photo : Maciej Skawiński

 

Ouvert à Paris le 5 octobre dernier, le Théâtre Elizabeth Czerczuk (T.E.C.) organise, dans le cadre de son Laboratoire de Radicalité Artistique, deux journées de rencontres consacrées à Jerzy Grotowski (1933-1999). Formée au Conservatoire de Cracovie puis de Paris, riche de nombreuses collaborations avec des metteurs en scène polonais et français majeurs tels que Jerzy Sthur, Waldemar Smigasiewicz, Jean-Pierre Vincent ou encore Daniel Mesguich, la directrice de ce nouveau théâtre entend ainsi faire connaître en France la pensée de celui qu’elle considère comme un maître. Et interroger les traces laissées par ses expériences dans le paysage théâtral actuel.

De la fondation de son Théâtre des 13 Rangs, en 1959 à Opole, à son exil à Pontedera en Italie, Jerzy Grotowski a développé un nouvel art dramatique basé sur l’art de l’acteur. Un « théâtre pauvre ». Un théâtre de la confrontation avec le mythe porté par un petit groupe d’acteurs formés à sa méthode, qui lui vaut d’être aujourd’hui considéré comme l’un des grands réformateurs de sa discipline.

Un peu moins de vingt ans après sa mort, la figure et l’art de Jerzy Grotowski s’appréhendent en France à la manière d’un grand puzzle. Avec patience. En recoupant ses paroles et écrits, les hommages de ses proches et l’importante production critique à laquelle son travail a donné lieu. En regardant les rares images des entraînements et des spectacles donnés de 1959 à 1982 dans son Théâtre des 13 Rangs fondé à Opole puis dans son Théâtre Laboratoire de la ville universitaire de Wroclaw. En parcourant les archives liées aux nombreux stages et ateliers qu’il a animés à travers le monde, ce qui reste du travail mené dans son Workcenter de Pontedera, ville de Toscane où il s’installe à partir de 1986, et de sa présence au Collège de France de 1997 à 1999.

C’est toute la richesse de ce parcours que le T.E.C. souhaite embrasser à travers ses deux journées de rencontres. Cela à travers des interventions d’artistes, de philosophes, de dramaturges, de chercheurs ainsi que de journalistes.

Sans être exhaustives, les approches suivantes sont envisagées :

Jerzy Grotowski et les avant-gardes : Dans les années 60, apparaît à plusieurs endroits du monde mais de manière indépendante un théâtre en action visant à approfondir la connaissance de l’espèce humaine. Comment les créations de Jerzy Grotowski dans son Théâtre Laboratoire de Wroclaw, puis son travail mené en exil à Pontedera s’inscrivent-t-elles dans ce mouvement d’avant-garde ?

Jerzy Grotowski et l’Histoire : Comme l’explique le cofondateur du Théâtre Laboratoire Ludwik Flaszen dans son témoignage publié en 2015 aux éditions L’Entretemps, la genèse du « théâtre pauvre » s’inscrit dans un mouvement collectif : celui d’une « beat generation polonaise qui naquit sous le couvercle serré de l’Idéocratie varsovienne ». Comment s’est manifestée cette influence de l’Histoire dans le travail de Jerzy Grotowski ?

Jerzy Grotowski et la science : Basé sur une étude rigoureuse du corps de l’acteur, c’est là que le travail de Jerzy Grotowski a laissé les traces les plus manifestes. Sur quelles bases scientifiques a-t-il fondé ses recherches ? Quelles en ont été les résultats ? Les perspectives scientifiques ouvertes par ses expériences continuent-elles d’être explorées ?

Les héritiers de Jerzy Grotowski : Qui sont aujourd’hui les héritiers de Jerzy Grotowski ? Quels sont les aspects de son travail les plus présents dans le champ théâtral actuel ? Ceux qui ont cessé d’être explorés ? Dans quels pays ?

Théâtre Elizabeth Czerczuk
20 rue Marsoulan
75012 Paris
01 84 83 08 80/ 06 12 16 48 39
contact@theatreelizabethczerczuk.fr

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Suivez-nous !

 

RESERVEZ EN LIGNE ICI